JOURNALISTE FREELANCE.BE Le site interactif des journalistes indépendants

Des « cartes de presse internationale » vendues bien cher aux freelances

Une curieuse association propose de conférer le statut de « journaliste professionnel » à ceux qui le sont vraiment… ou pas.

En ramassant les multiples cartes de presse qui circulent chez nous, on ferait à coup sûr un très beau château. Outre les deux documents officiels belges(1), les cartes de membres d’associations de journalistes ou d’éditeurs sont nombreuses. Et elles hésitent rarement à imprimer le mot « Presse » en gros caractère. Une autre organisation – internationale celle-là – qui propose aux freelances une carte de presse mais aussi « un statut presse légalisé » a intrigué des candidats journalistes qui ont contacté l’AJP.

Neuf fois plus cher que la FIJ

JPEG - 82.5 ko
La "carte de presse" fournie par Workpress

Constituée, explique son site (2), « de journalistes, éditeurs de presse, juristes, ingénieurs et cryptologues spécialistes des droits de la presse et des technologies de communication », l’association sans but lucratif WorkPress, issue du monde anglophone, a confié la gestion de ses membres francophones à une association française. Pour 170 € ou 250 € par an (selon les options), elle propose une carte de presse internationale nominative, des accréditations et une « certification de votre statut presse par l’Agence de presse porteuse de votre Statut ». Pour cela, cette agence (on suppose qu’il faut comprendre « média ») devra faire partie du réseau de WorkPress. Elle sera choisie « en fonction de la zone géographique de vos activités et de vos centres d’intérêts journalistiques ».

Vous ne comprenez pas tout ? Nous non plus. Que vaut au juste cette « carte de presse internationale » vendue jusqu’à neuf fois plus cher que celle de la FIJ (3) ? « Elle est reconnue partout, même en Belgique », nous répond Workpress appelé au téléphone. Et lorsque nous lui rappelons que le seul statut légal qui tienne chez nous est celui conféré par la commission d’agréation, nous avons droit à cette réponse sidérante : « Notre carte est supérieure à la carte nationale ». Le vendeur, en tout cas, a une conception très large du professionnalisme que sa carte prétend garantir. Toute personne qui publie elle-même, même à temps partiel, le produit de son travail (blog ou imprimé) peut demander statut et carte...

Syndicat mystère

WorkPress propose par ailleurs, en option, l’affiliation à un syndicat professionnel de journalistes. En Belgique aussi ? « Oui oui, mais pas à l’AJP parce que nous n’avons pas de convention avec elle ». A qui d’autre alors ? On ne le saura jamais, et pour cause.

J.F.Dt

(1) Émis par le SPF Intérieur, l’un pour les journalistes professionnels agréés en information générale, l’autre pour ceux de la presse périodique spécialisée
(2) https://www.workpressagency.org/fr/
(3) La carte de presse internationale est délivrée par la Fédération Internationale des Journalistes et peut être obtenue par tout journaliste (stagiaire ou professionnel) membre de l’AJP/AGJPB (càd en ordre de cotisation). Elle coûte 55 € et est valable 2 ans.

Partager :